Rechercher

Une expérience parfaite de lâcher-prise et de détente totale

Dernière mise à jour : 9 mai


Le massage en immersion sonore : l'expérience d'un double soin avec massage, unique et insolite.

La particularité vient du fait que le massage du corps à l’huile est accompagné sur toute la durée d’un soin sonore orchestré par une seconde personne formée à l’art de faire résonner les bols chantants tibétains.



Au contact du maillet, ces instruments sacrés produisent des harmonies uniques qui entraînent la sensation d’être enveloppé.e dans une capsule sonore (ou bain sonore). D'autres instruments peuvent accompagner ce soin : gong, tambour, carillons....



Venant tout droit du Tibet, l’immersion sonore est une méthode de méditation passive. Il n’est pas demandé de se concentrer sur quelque chose en particulier mais d’écouter et de ressentir.



Les bols chantants génèrent des sons binauraux ayant un effet sur le cerveau. Les fréquences émises vont progressivement stimuler les ondes cérébrales de type « alpha (état de relaxation et de calme du cerveau) et de type « thêta » (relaxation profonde, état de somnolence).



Le bain sonore entraîne naturellement lâcher-prise et conscience de l’instant présent, on se retrouve rapidement et sans effort dans un état méditatif.

Une mise en condition parfaite pour profiter pleinement des bienfaits du massage en lâchant prise rapidement.


Unique à Toulouse et à Montauban, c’est un double soin où les sons et les vibrations des instruments sacrés, combinés à la puissance du toucher vont rentrer en contact avec le corps et apporter un véritable état de calme, de bien-être et un profond lâcher-prise. Les vibrations agissent en véritable soin énergétique.


Un lâcher-prise pour enclencher un processus thérapeutique…

La détente profonde peut permettre de s’enclencher un processus thérapeutique, comme le soulagement des douleurs ou l’apaisement des angoisses, une diminution de divers symptômes liés au stress, comme la sensation de peur, l’estomac noué, l’anxiété, les tensions et l’énervement.

20 vues0 commentaire